Légende


Traduit du albanais et du roumain: Kopi Kyçyku

La Terre avec ses morts
Avec l’amour et les poisons des morts
Ont été exilés dans la chanson-
On peut les entendre même aujourd’hui
dans la plainte des coucous.

L’herbe avec ses fleurs
Avec le parfum et les tiges et les feuilles
Séchés et tendres, les fondements
De briques de la maison, y compris
Le chien de garde, la neige, les bouvreuils
Ont été exilés dans la chanson-
l’ombre de leur sang
on peut être vue
quelquefois le soir
sous clair de lune.

Dans la chanson ont été exilés aussi les murs
Les tuiles mousseuses, la vigne,
Les voix des aïeuls, des parents
Les pluies de l’été et la saveur
Du premier baiser
Le chanteur qui se trouvait chez lui
A chanté jusqu’à la chute de ses dents
A chanté jusqu’à la chute de ses ongles
Jusqu’au mouillement des consonnes aigues
Puis
Avec des regards semblables à deux loups affamés
Il est parti afin de flairer la fin
De ce désert
Et le début
De la nostalgie

Ayant des cannes de sourds dans leurs mains

Les affectueux cherchaient seulement le chanteur.